lundi 21 mars 2016

Pyramide

Hier matin, alors que ma petite fille est occupée à boire son biberon sur mes genoux et que je ne l'ai pas observée à temps complet toute une journée depuis une semaine, je constate combien ses cheveux ont poussé. La semaine dernière, elle avait deux ou trois cheveux fous, plus longs que les autres, qui, chacun, tentaient une sortie en avant-coureur sur son front, un peu grotesques, comme des poils de...  chat sur une motte de beurre*. Cette semaine ils poussent tous de l’avant, prennent force, forme, texture – des cheveux non plus bruns comme aux premières semaines mais châtains, solides, aspirant à la boucle, sinon au crêpu (disons-le tout net : les cheveux de sa mère), et qui, ici ou là, au saut du lit, moutonnent, ou, dans un admirable effort d’acrosport, s’étaient les uns les autres pour édifier une précaire, une virevoltante pyramide.

* Miaaaou, voudrait-elle probablement que je précise à ce stade de mon exposé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

(n.b. : Il semblerait que le formulaire de commentaires dysfonctionne sous Safari, mais s'entende encore très bien avec Firefox et Chrome.)